« Rationaliser l’offre de formation » pour supprimer des postes

Une analyse de la Commission fédérale enseignement professionnel
mardi 31 août 2010

Les directives envoyées par Chatel aux recteurs et IA préconisent différents leviers pour
démanteler encore plus le service public d’éducation. on y retrouve les termes que le sociologue christian laval [1] dénonce, et qui annoncent une vision utilitariste de l’éducation.

Les recommandations des recteurs aux chefs d’établissements et le guide d’accompagnement à la mise en œuvre de la rénovation de la voie professionnelle utilisent eux aussi le
même langage.

L’élève n’est plus au centre du système éducatif, il est devenu un produit, une marchandise,
comme les personnels de l’éducation, enseignants et non enseignants.

Qu’écrit le ministre ?

Un des leviers pour supprimer des postes est la rationalisation de l’appareil de formation, qui permet d’optimiser l’organisation des formations et de spécialiser les établissement afin d’optimiser la taille des structures. Cette rationalisation passe par des mixages des publics et des statuts, qui s’appuient nécessairement sur les principes de modularisation pédagogique et d’individualisation. [...] Les équipes pédagogiques impliquées dans cette démarche (projet pédagogique, organisation) pourront être accompagnées, notamment dans la phase d’ingénierie, par les corps d’inspection à la demande de leur établissement.

Comprenons ce qu’il écrit

Rationalisation

Perfectionnement d’une organisation technique en vue de son meilleur fonctionnement.

Rationaliser

  1. Déterminer, organiser suivant des calculs ou des raisonnements.
  2. Rendre plus efficace et moins coûteux un processus de production.

Structure

Organisation des parties d’un système qui lui donne sa cohérence et en est la caractéristique permanente (structure d’un État, d’une entreprise).

Optimiser

Donner à quelque chose, une machine, une entreprise, le rendement optimal en créant les conditions les plus favorables.

Mixage

Mélange dans un ordre déterminé.

Ingénierie

Étude d’un projet industriel sous tous ses aspects (techniques, économiques, monétaires, financiers et sociaux) et qui nécessite un travail de synthèse coordonnant les travaux de plusieurs équipes de spécialistes.

Moduler

Adapter d’une manière souple à des circonstances diverses.

On en déduit la définition de modularisation pédagogique : c’est l’adaptation de la pédagogie à n’importe quoi ce qui entraîne une multiplication des contraintes, une plus grande difficulté à enseigner…

Le propos est clair, gérer l’Éducation nationale comme une entreprise, et les personnels et les élèves ou apprentis comme des marchandises. La grande distribution a fabriqué des emballages cubiques pour optimiser la place dans les entrepôts et sur les gondoles, notre ministre l’imite en mixant de l’humain. Les mixages préconisés sont des mixages de formation, de publics, de parcours, de niveaux. Il suffit de mixer, ça prend moins de place et ça permet de supprimer des postes.

Les enseignants pourront-ils résoudre les problèmes générés par la rationalisation ?

Démonstration par l’absurde (mais l’absurde est, hélas, une réalité).

Prenons le cas de M. X, professeur de LP : il a une classe de 1ère bac pro de 30 élèves, 12 apprentis en TCB (techniciens construction bois) et 24 lycéens en ROC (réalisation d’ouvrages chaudronnés). Sachant que les apprentis sont au lycée (ou plutôt au CFA Education nationale) 2 semaines sur 4, comment installer une séquence ou un projet pédagogiques sur 6 semaines, alors qu’1/3 des élèves la classe sont absents ?

Que peut-il faire ? Construire un mur entre ces 2 sections ?

Monsieur X a aussi une classe mélangeant les 3 publics du lycée des métiers : 12 apprentis ROC, 12 élèves productique et 6 stagiaires de la formation continue en soudage. Comment assurer une continuité et une cohérence pédagogiques, une ambiance de travail, une complicité nécessaire à l’apprentissage, avec 1/3 absent 4 à 6 semaines pour les périodes de formation en entreprise, 1/3 absent la moité du temps, et des stagiaires en formation sur une période de quelques mois, voire quelques semaines ?

Seule solution possible : construire 2 murs dans les classes.

Monsieur X a également une classe de 24 élèves, 12 en terminale CAP, 12 en terminale Bac pro. Comment assurer des cours avec 24 élèves qui soient au niveau de ces 2 publics mixés, qui préparent un diplôme différent, et qui ont un niveau, un âge et des attitudes très disparates ?

Une solution toute prête : utiliser la classe avec un mur.

Puisque l’intérêt des élèves n’est pas le cadet des soucis du ministre, des serviteurs zélés (cf lettre du recteur de Rouen) veulent imposer le n’importe quoi pédagogique. Les personnels, qui défendent l’intérêt des élèves, s’y opposeront.


[1Christian Laval
est chercheur en histoire de la philosophie
et de la sociologie à
l’université Paris X
Nanterre. On peut
retrouver ses analyses
sur son blog

Navigation