Et si l’on reparlait du collège unique ?


Publié le mercredi 20 janvier 2010 sur http://sudeducation.org/Et-si-l-on-reparlait-du-college.html

Par les temps qui courent, le collège ne fait pas l’objet de grandes annonces. Par contre, des changements insidieux s’y opèrent, guidés pas la volonté de réduire les moyens humains et d’en changer les finalités.

En effet, la volonté première est de diminuer massivement les postes (d’enseignement, éducatifs, administratifs et agents). Cela signifie dans les collèges : réduction des heures de cours, avalanches d’heures sup’ (HSE pour l’accompagnement éducatif et HSA au lieu des créations de postes indispensables), embauche de contractuels et de vacataires, dévolution aux professeurs des tâches de vie scolaire, d’orientation, voire d’administration, externalisation du soutien scolaire.

Parallèlement, se mettent en place un contrôle accru et un retour à des pratiques pédagogiques régressives :
- sur les contenus, avec le socle commun et la régression idéologique conçue comme un retour aux bonnes vieilles méthodes : lire, écrire, compter. En français, cours de grammaire et dictées sans rapport avec les textes, retour aux textes patrimoniaux ; en histoire, retour du « récit » ;
- casse du cadre collectif et individualisation des difficultés et du suivi avec les PPRE, l’accompagnement éducatif, les livrets de compétence, « l’espace numérique de travail », les TICE ;
- attaques contre la pratique de pédagogies différentes et encadrement pédagogique accru des IPR, comme la lettre de missions de corps d’inspection IA-IPR-IEN, (circulaire no 2009-064 du 15 mai 2009) qui définit la liberté pédagogique en ces termes : « la liberté pédagogique ne sera pas le prétexte de pratiques qui font obstacle à l’acquisition des savoirs » ;
- pilotage et management des équipes par les chefs d’établissement concevant les collèges comme des entreprises autonomes et concurrentielles, notamment avec les conseils pédagogiques, les projets d’établissement, les postes à profil et les recrutements locaux des futurs diplômés liés à la masterisation ;
- contrôle des notes et du cahier de texte avec le Cartable en ligne. Dans certains collèges, même la grippe A est le prétexte pour exiger la mise en ligne des cours.
Rappelons enfin que le collège est concerné par le renforcement du pouvoir des principaux et du conseil pédagogique contenu dans le « pack » de la réforme du lycée (décret EPLE). Dans des structures plus petites que les lycées, la résistance à l’autoritarisme risque d’être plus difficile !

Il serait temps de mettre en place un vrai collège unique

  • réduction des effectifs dans les classes pour aider les élèves à progresser dans le cadre du groupe classe,
  • intégration du soutien collectif, de la vie de classe, des projets éducatifs et de l’accompagnement dans les DGH,
  • refus des heures supplémentaires,
  • gestion collective des établissements,
  • rétablissements des moyens de remplacement, effectués par des titulaires remplaçants.