Un réseau pour savoir réagir

Education Sans Frontières
dimanche 31 octobre 2004
mis à jour lundi 13 décembre 2004

Des personnels de l’Education nationale, des parents d’élèves ou des militants associatifs ou syndicaux découvrent, souvent avec stupeur, qu’un élève ou un jeune de leur entourage est sans papiers et menacé d’expulsion au premier contrôle de police. Impossible dans ces circonstances d’enseigner comme si de rien n’était pendant que des jeunes se débattent dans des difficultés inextricables.

A la question : « Je connais un jeune sans papiers, qu’est-ce que je peux faire pour l’aider ? », le réseau Education Sans Frontières veut s’efforcer d’apporter deux types de réponses. D’ordre pratique essentiellement, fondée sur l’expérience d’établissements scolaires qui ont réussi à faire régulariser leurs élèves, le réseau propose des idées sur l’aide à apporter au jeune en difficulté, sur comment organiser la solidarité autour de lui et faire en sorte que l’action de ses enseignants, de ses camarades et de leurs parents aboutisse. Il fournit aussi, quand tous les éléments de la situation sont réunis, des indications juridiques permettant une première approche de la situation du jeune au regard des textes sur le séjour des étrangers.

Pour cela le réseau Education Sans Frontières a besoin de correspondants dans toutes les académies, voire les départements, car l’efficacité demande que la solidarité s’organise le plus largement au niveau local. Une adresse électronique, educsansfrontieres@free.fr, permet ainsi de contacter le réseau soit pour le rejoindre, soit pour signaler une situation.

Une journée de formation, où interviendront GISTI, CIMADE, LDH et des militants qui ont eu à défendre des cas de jeunes risquant l’expulsion, aura lieu le samedi 6 novembre à la Bourse du Travail de Paris. Une brochure à caractère pratique va aussi sortir prochainement.

Il reste que, même si la mobilisation des adultes et des jeunes peut régler un certain nombre de cas d’élèves sans papiers, la question dépasse évidemment les situations individuelles et le cas par cas. Derrière chacune de ces situations souvent dramatiques, se cache en réalité le choix du monde dans lequel nous voulons vivre et que nous voulons laisser aux jeunes générations. L’action initiée par le réseau Education sans frontières, par les syndicats et les associations qui y tiennent leur place est, à sa façon, un commencement de réponse..

Navigation