Solidaires en progression

Élections prud’homales 2008
lundi 5 janvier 2009

Malgré une volonté affichée du pouvoir de remettre en cause l’intérêt de ces élections, le peu de médiatisation en direction des électeurs et un discours pro-abstentionniste sur de nombreux médias, y compris ceux du service (encore) public, il faut remercier les 4,7 millions de votants d’avoir donné mandats aux représentants des salariés pour les défendre et faire respecter au mieux le code du travail.

Certes, la participation est en baisse (25,66 %... rappel : 32,35 % en 2002), mais il n’a été expliqué ni aux immigrés ni aux chômeurs qu’ils avaient le droit de voter, aux jeunes de 16 ans en contrat de travail qu’il en était de même, aux 8 millions de salariés des petites entreprises (de moins de 50 salariés) soit 97 % des entreprises, qu’ils avaient le droit de quitter leur travail pour aller voter sans perte de salaire. Les difficultés d’inscription sur les listes ont été aussi grandes qu’à l’habitude et nombre de salariés dits « précaires » ne purent voter.

Côté patronal, le Medef perd 8 points ; côté salarié, sec recul de la CFDT qui perd 3 points (et 110000 voix…) tandis que la CGT gagne 1,5 points, largement en tête (elle perd également des voix même si elle gagne en pourcentage…).

L’Union syndicale Solidaires enregistre la plus forte hausse avec + 2,5 points et 3,8 % des suffrages. Le triplement du nombre de ses candidats par rapport à 2002 n’est pas la seule cause d’un tel succès ; c’est bel et bien, et n’en déplaise à certains, un syndicalisme de lutte et de terrain qui se trouve ainsi conforté ; c’est bel et bien un résultat encourageant pour la construction d’un syndicalisme intercatégoriel et interprofessionnel, mettant toutes ses forces et ses moyens au service de l’auto-organisation des luttes, dans la plus grande unité possible.

L’exaspération sociale grandit face à un gouvernement qui multiplie les réformes antisociales, qui refuse de répondre aux revendications sur les salaires, les retraites, l’emploi ; un gouvernement qui dérèglemente le travail, appauvrit la nation par la casse des services publics et ne répond que par mépris et misérabilisme en protégeant les plus riches !

La politique de spéculation a récemment montré sa perversité : le gouvernement veut ouvrir le capital de la Poste.

Les fonds de pensions sont en train de faire faillite et le gouvernement favorise, par sa politique sur les retraites et l’assurance maladie, le recours aux assurances privées.

Les travailleurs ne sont pas dupes et les couleuvres, fussent-elles enrobées de « tonitruantes » déclarations hyper-médiatiques, ont un arrière-goût de sédition. La construction de la solidarité entre travailleurs, entre générations est une nécessité que porte chacune des luttes en cours et à venir. Ce sont les travailleurs unis et revendicatifs qui s’opposeront à l’aggravation des inégalités sociales, au dictat des marchés financiers et à cette folle « course au profit » suicidaire.

Attachons-nous, ensemble, à faire de 2009, l’année des revendications gagnantes.

Sud éducation Pyrénées Orientales


Toutes sections pour les salariés 2002 2008
CGT 32,2% 33,8%
CFDT 25,1% 22,1%
FO 18,2% 15,9%
CFTC 9,6% 8,9%
CFE-CGC 7% 8,2%
UNSA 5% 6,2%
SOLIDAIRES 1,31% 3,8%
Divers 1,1% 1%

Navigation

Mots-clés de l'article