Résistance pédagogique

mardi 25 novembre 2008

Sous la pression institutionnelle, la majorité des écoles a mis en place le « dispositif d’aide personnalisé ». Ce dispositif, cache-misère des suppressions de postes, a produit tous les effets néfastes prévisibles : pression scolaire, fatigue, stigmatisation... Comme il leur était intolérable de continuer à nuire à leurs élèves, un collectif d’enseignant/es de la circonscription de Montaigu revendique leur désobéissance pédagogique. Reprenant des passages de la lettre d’A. Refalo, cette lettre attend ses petites sœurs (d’individuels ou de collectifs), pour que cette voix réfractaire devienne majoritaire dans les écoles...

Monsieur l’Inspecteur d’Académie,

Nous vous écrivons cette lettre aujourd’hui, car en conscience, nous ne pouvons plus nous taire ! En toute conscience professionnelle, nous refusons d’obéir !

Le démantèlement des bases de l’École Publique de notre pays est un processus que nous ne pouvons accepter sans réagir.

Le dispositif d’aides personnalisées pour les élèves « en difficulté » n’est qu’un prétexte démagogique pour supprimer les RASED. Rallonger une journée de classe qui est déjà la plus longue du monde, ne peut que nuire à tous les enfants et encore davantage aux plus fragiles. Ce dispositif est une aberration pédagogique ! C’est parce que nous respectons profondément tous nos élèves, et leurs familles, que nous ne pouvons pas ou plus participer à cette mascarade.

L’objet de notre lettre est de vous informer que nous ne serons ni acteurs ni complices de ce processus. Si aujourd’hui, nous décidons d’entrer en résistance et même en désobéissance, c’est par nécessité. Pour faire ce métier, il est important de le faire avec conviction et motivation. C’est parce que nous ne pourrons plus concilier liberté pédagogique, plaisir d’enseigner et esprit de responsabilité qu’il est de notre devoir de refuser d’appliquer l’aide personnalisée. Nous faisons ce choix en pleine connaissance des risques que nous prenons, mais surtout dans l’espérance de construire une école du respect, de la coopération, de la solidarité et de la réussite pour tous et toutes.

Nous consacrerons ces deux heures à des concertations pédagogiques visant à aider au mieux, sur le temps de classe, chacun/e des élèves qui nous sont confié/es. M. l’Inspecteur d’Académie, tous nos élèves ont besoin des soixante heures qu’on leur a supprimées ! En demandant l’annulation du nouveau calendrier, nous ne faisons que réclamer le droit d’enseigner !

Nous vous assurons, Monsieur l’Inspecteur d’Académie, de nos sentiments déterminés et respectueux.

NOM(S) et Prénom (s)

Membres du collectif d’enseignant/es de la circonscription de Montaigu
Soutenus par SUD Éducation et le SNUipp

Documents joints

Word - 22.5 ko
Word - 22.5 ko

Navigation

Mots-clés de l'article

Sur le Web