Rejoignez les "Innombrables" !

lundi 7 janvier 2008
mis à jour vendredi 7 mars 2008

Sud éducation appelle à signer le MANIFESTE DES INNOMBRABLES diffusé par le Réseau Education Sans Frontières.

Partout en France la politique du chiffre
conduit à multiplier les expulsions de
Sans-Papiers, sans considération des
dégâts humains qu’elles entraînent. Face à
ceux qui organisent la résistance à cette
politique montrée du doigt partout dans le
monde, le gouvernement renforce la répression
et instaure le délit de Solidarité.

- François Auguste, vice-président de la
région Rhône-Alpes, jugé par le Tribunal
correctionnel de Lyon le 26 novembre pour
“entrave à la circulation d’un aéronef” : dans
un avion, il avait protesté contre l’expulsion
d’une famille. Il risque 5 ans de prison et
18000 euros d’amende.

- Idem pour Kadidja T qui attend sa comparution
devant le TGI de Bobigny en 2008.

- Nicolas Moiroux, parent d’élève et travailleur
social intervenant auprès des roms,
passait en jugement pour outrage et rébellion
à Béziers le 27 novembre. Victime de brutalités
policières pour avoir tenté de protéger une
femmemalade lors d’une charge de CRS. Son
procès est reporté à une date ultérieure.

- Florimond Guimard, instituteur àMarseille,
était poursuivi pour avoir manifesté
pacifiquement contre l’expulsion d’un père
d’élève de son école. Un délit pour lequel,
après avoir rendu hommage à RESF et à l’action
de ses militants, le procureur a quand
même osé requérir une peine avec sursis. Il
devait connaître son sort le 21 décembre.

- Deux intervenantes de l’association France
Terre d’Asile
ont été interpellées pour
« complicité d’aide au séjour irrégulier en
bande organisée » alors qu’elles intervenaient
dans le cadre de leursmissions pour aider les
étrangers en souffrance de Calais.

La solidarité, réponse à une politique qui bafoue les droits

Chaque fois que des mobilisations ont été
organisées le jour des comparutions, lesmilitants
de Sud éducation ont répondu présents,
y compris par la grève comme ce fut le cas à
Aix pour Florimond puis à Lyon pour François.
A travers ces citoyens qu’on veut bâillonner,
c’est la solidarité qui semanifeste autour des
étrangers privés de droits et victimes d’une
traque indigne, qu’on veut briser. La politique
d’immigration de ce pouvoir est une politique
qui tue. Pour cacher les conséquences
d’ignominies dénoncées jusque dans la police,
Sarkozy, Fillon et Hortefeux tentent d’imposer
un climat répressif sur l’ensemble de la
société. C’est le sens des menaces ou pressions
contre des élus, des enseignants, des
personnels des services sociaux et tous ceux
qui sont aujourd’hui en contact avec les étrangers.
C’est le but du fichage généralisé et des
appels à la délation dans les ANPE, les services
sociaux ou des mairies.

RESF réclame la relaxe pour ceux qui sont poursuivis

Depuis sa création, la fédération Sud éducationmilite
aux côtés des sans-papiers, pour la
régularisation de tous, pour la fermeture des
centres de rétention et la suppression réelle
de la double peine, au nom de la liberté de
circulation et d’installation.

La mise en place des Réseaux Education
Sans Frontières a donné en 2004, une
nouvelle dynamique à la lutte contre les
expulsions et pour la régularisation. Les
militants de Sud éducation et leurs syndicats
sont investis au quotidien dans
les RESF de nombreuses villes et départements.
C’est au nom de cet engagement
réaffirmé à chacun de nos congrès
que nous appelons à soutenir les personnes
menacées pour leur engagement
et à signer et faire signer massivement le
« Manifeste des Innombrables ».

Les Sans-Papiers ne sont pas dangereux.
Ils sont en danger. Défendre leurs
droits, c’est aussi défendre les nôtres.
Nous resterons à leurs côtés.

Commission fédérale Immigration/Sans-Papiers


MANIFESTE DES INNOMBRABLES

“Toute personne qui aura, par aide directe
ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter
l’entrée, la circulation ou le séjour irréguliers,
d’un étranger en France sera punie
d’un emprisonnement de cinq ans et d’une
amende de 30000 euros.”
Art.L622-1, Code de l’Entrée et du Séjour des
Étrangers et du Droit d’Asile

Je déclare comme des milliers d’autres personnes
résidant en France avoir soutenu,
soutenir actuellement et/ou être prêt à soutenir
un jeune majeur scolarisé, un enfant
et sa famille, étranger privés du droit au
séjour, pour leur permettre de poursuivre leur
vie en France dans la dignité.

Au nom de l’Humanité, je continuerai à aider
des personnes dites sans-papiers à faire face
aux décisions arbitraires et brutales qui brisent
leur avenir et violent leurs droits fondamentaux.
Je déclare refuser de me plier à des mesures
indignes et inhumaines et agir ainsi, comme
d’autres innombrables l’ont fait en d’autres
périodes de l’histoire, en accord avec les principes
du droit international qui protègent les
migrants, les droits de l’enfant et la vie privée
et familiale, comme avec les valeurs universelles
de fraternité, d’égalité, de liberté et d’accueil
dont se réclame notre République.

Texte à télécharger sur www.sudeducation.org
A renvoyer signé à RESF c/o EDMP,
8 Impasse Crozatier, 75012 Paris

Navigation