Quel pouvoir ont donc les Commissions Paritaires ?

 novembre 2002
mis à jour samedi 15 janvier 2005

YF*, ouvrière d’entretien et d’accueil en collège, veut défendre ses droits et sa dignité. Elle est donc en conflit bien souvent avec sa hiérarchie, l’intendant en particulier. Et elle adhère à SUD. Comme elle est en outre handicapée, elle demande une mutation sur tout poste aménagé. La mutation, elle l’obtient, le poste aménagé non. D’ailleurs, les services médicaux du Recteur confessent, désolés, qu’il n’y en a pas sur le département.

YF rejoint son nouveau poste, à 60 km de chez elle, d’où des frais de transport et des problèmes de santé importants. Elle fait une nouvelle demande de mutation pour se rapprocher de chez elle et obtient un poste dans son ancien établissement. Dès qu’il a connaissance du fait, le principal, que notre collègue ne connaît pas mais qui répond sans doute à de pressantes sollicitations locales, intervient auprès du Rectorat pour s’opposer à cette mutation. Et le Rectorat se soumet : le jour même, il adresse un courrier à YF lui annonçant qu’elle a perdu le bénéfice d’une mutation légitimement obtenue en Commission paritaire et qu’elle doit reprendre la route pour ses 120 km quotidiens ! Plus grave, et à la limite de la diffamation, le courrier rectoral souligne pour "motiver" cette décision que le poste d’abord obtenu nécessite une personne respectueuse de consignes d’hygiène que YF refuserait d’appliquer !

De telles choses sont inacceptables et ne peuvent laisser sans réaction. Un recours a naturellement été déposé et SUD s’est adressé aux syndicats représentés à la Commission paritaire : la hiérarchie est-elle toute puissante ? Les principaux font-ils les mutations ?

* (les initiales ont été changées)

SUD Orléans-Tours

Navigation