Pour une réponse unifiée des travailleurs face à la crise

Déclaration de la Première assemblée plénière des travailleurs de la zone sud de la province de Santa Fe (Argentine)
lundi 29 décembre 2008

Des délégués du personnel et des travailleurs en général de la zone sud de la province de Santa Fe — appelés par les syndicats de Aceiteros de Rosario (huileries), Amsafe Rosario (enseignants), Atilra Rosario (industrie laitière), COAD (Université de Santa Fe), La Bancaria Rosario (banques), Prensa Rosario (presse), ATE Rosario (fonctionnaires), UOM Villa Constitución (métallurgie), Sitram San Lorenzo (automobile), et par la Centrale des Travailleurs Argentins-Rosario — se sont réunis dans les installations de La Toma en une Première Assemblée plénière pour débattre et chercher des réponses unitaires face à la crise.

Nous pensons qu’il s’agit d’un premier pas fondamental que nous devons faire connaître largement et renforcer par l’organisation sur tous les lieux de travail.

C’est dans cette perspective que nous nous sommes mis d’accord sur les points suivants :

- Non aux licenciements et aux fins de contrats. Défense de tous les postes de travail.
- Partage des heures de travail sans affecter les salaires.
- Usine qui ferme, usine remise en route par ses travailleurs.
- Aucune baisse salariale. Augmentation des salaires. Salaire minimum vital mobile.
82 % pour les retraités.
- Augmentation des budgets de santé et d’éducation.
- Paiement d’une double prime de fin d’année.
- Allocation universelle par enfant.
- Solidarité avec les camarades de Paraná Metal, General Motors, et tous ceux qui font face à des licenciements ou des fins de contrats.
- Démocratie syndicale. Solidarité avec les camarades d’Atilra Rosario et avec les travailleurs du Métro face aux attaques de la bureaucratie.
- Non au paiement de la dette extérieure.
- Unité latino-américaine contre l’impérialisme.

Plan d’action :

- Participer à la mobilisation convoquée par l’UOM de Villa Constitución en soutien aux camarades de Paraná Metal.
- Nous rassembler devant chaque entreprise qui annonce des licenciements pour nous mettre à la disposition des camarades affectés.
- Avancer dans l’organisation nécessaire pour impulser une grève régionale, et, dans le même élan, impulser la réalisation d’une grève nationale qui permette d’unifier les travailleurs de chaque recoin de l’Argentine face à l’offensive patronale.
- Diffuser largement et sur chaque lieu de travail cette déclaration, et avancer vers la réalisation d’une 2ème Assemblée plénière massive.

Décembre 2008

Sur le Web