Outre-mer : La lutte a été trahie

 septembre 2004
mis à jour jeudi 25 novembre 2004

Le texte de loi relatif aux responsabilités locales, adopté par la procédure du 49.3, intégrait, dans son article 203, une dérogation propre aux départements d’outre-mer, subordonnant le transfert des TOS à un rattrapage des effectifs à hauteur du taux d’encadrement moyen dans les académies métropolitaines. Cet article, né d’un amendement déposé par le sénateur réunionnais Virapoullé (UMP) et adopté au Sénat le 2 juillet, a reçu un soutien quasi unanime à la Réunion, de l’UMP au PCR. Du coté des syndicats, les réactions ont été surprenantes : FSU, UNSA, CFDT et CGTR étaient “satisfaits”, mais demandaient tout de même aux personnels de rester “vigilants”, langue de bois oblige. Le 13 août, le Conseil Constitutionnel a invalidé l’article 203, ce qui a été vécu comme une “trahison”.

Seuls FO et, bien sûr, Sud ont dénoncé cette mascarade : l’article 203 organisait le transfert des TOS aux collectivités locales et ignorait donc les revendications des personnels qui luttent depuis avril 2003 contre ce projet et réclament son retrait. Le transfert restait inéluctable, à moins qu’il fût acquis que l’académie de la Réunion reste perpétuellement sous-encadrée. L’avis du conseil constitutionnel ne change donc rien à l’affaire.

Notre éviction sans explication de l’intersyndicale début mai (nous l’avions intégrée début avril !) n’est certainement pas étrangère à des tractations secrètes avec les élus, hypothèse étayée par une déclaration du Conseil Régional (PCR), selon qui l’amendement Virapoullé reprenait une motion déposée par l’intersyndicale. Une chose est sûre : à la Réunion, l’heure ne semble plus être à la lutte contre la décentralisation, mais bien à la négociation de son application. Nous réaffirmons que la pression syndicale doit s’exercer sans compromission avec quelque parti politique que ce soit. La tournure qu’est en train de prendre ce dossier prouve que les travailleurs ne doivent compter que sur eux mêmes au travers de leurs mobilisations.

Sud éducation Réunion

Navigation

Mots-clés de l'article