Non à une limitation arbitraire de la durée des thèses !

Pétition nationale - Solidaires Etudiant-e-s / SUD éducation
lundi 18 mai 2015
mis à jour samedi 26 mars 2016

Suite à la sortie du projet d’arrêté relatif aux études doctorales, les fédérations Solidaires Etudiant-e-s et SUD éducation lancent cette pétition pour protester contre la limitation arbitraire de la durée des thèses.

Pétition en ligne ici : http://reformedoctorat.wesign.it/fr

Nous, doctorant-e-s, étudiant-e-s et personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche, nous opposons au projet d’arrêté relatif aux études doctorales, notamment à la réduction arbitraire de la durée des thèses par des limites de nombre de réinscriptions imposées d’en haut et figées dans le droit.

PNG - 355.8 ko

L’article 14 du projet d’arrêté prévoit ainsi de limiter la durée des thèses à 3 ans (avec seulement 2 années supplémentaires possibles de dérogations), ou à 6 ans, pour les « salariés non financés pour leur formation doctorale ».

Cette mesure ne prend pas en compte les différences entre disciplines, notamment en termes de conditions de réalisation (nombre de thèses financées, conditions de travail et insertion dans les laboratoires, accès aux données...).

De plus, cette mesure ne tient pas compte des exigences croissantes qui sont imposées aux doctorant-e-s en parallèle de la réalisation de leur thèse (activités d’enseignement, communications et publications, recherche de financements…), pourtant actées par l’ensemble de l’arrêté.

Enfin cette limitation ne tient aucunement compte des situations familiales, sociales ou médicales (parentalité, maladies, situations de handicap…) dans lesquelles se trouvent souvent des doctorant-e-s.

Ce principe de limitation de la durée des thèses repose sur des critères bureaucratiques et gestionnaires indépendants de tout critère scientifique (attentes des jurys de thèse, qualité de la production scientifique...) et déconnectés du terrain. Une formation doctorale de qualité, à la recherche et par la recherche, nécessite avant tout des moyens financiers et humains permettant aux doctorant-e-s d’être rémunéré-e-s pour leur travail de recherche et d’avoir des conditions de travail dignes.

Nous, signataires, exigeons :
- l’abandon de cette limitation arbitraire ;
- un débat préalable, pédagogique et professionnel, sur l’encadrement des thèses et sur leurs conditions de réalisation et de financement qui influent sur leur durée.

Premiers signataires : Fédération SUD Education, Fédération Solidaires étudiant-e-s, syndicats de luttes

Lire notre communiqué commun

Lire notre contribution sur l’arrêté doctorat, avec des propositions concrètes de modification du texte