La réforme n’est pas abandonnée !

Suppression des BEP– Bac pro en trois ans
vendredi 7 mars 2008
mis à jour mardi 13 mai 2008

La signature d’un protocole de discussion avec certaines organisations syndicales et les déclarations faites à ce sujet laissent à penser que la réforme Darcos est pour le moment abandonnée et qu’il n’y aura aucune nouvelle implantation de baccalauréat professionnel 3 ans à la rentrée 2008. Il n’en est rien, seul le terme de généralisation a été abandonné et la réforme annoncée en octobre est bel et bien en train de se mettre en place.

Il ne pouvait être question pour la Fédération des syndicats Sud éducation de signer ce protocole qui envisage une concertation alors que les décisions sont déjà prises. Ce protocole et la note de Darcos aux recteurs du 18 décembre n’avaient pour objectif que de dégonfler la colère montante dans les lycées professionnels.

II est difficile d’appréhender la lisibilité de cette réforme car elle est mise en place grâce à un pilotage académique et chaque recteur a reçu sa feuille de route. Certaines Académies connaissent déjà le nombre d‘implantations de baccalauréats professionnels en trois ans prévus pour la prochaine rentrée (37 à Caen, 40 à Rouen, 132 à Versailles…), d’autres sont toujours en attente d’informations, et d’autres encore pensent avoir évité le pire. La Fédération des syndicats Sud éducation dénonce ce traitement différencié qui en niant le caractère national de l’éducation cherche à freiner une riposte collective.

Cette réforme aura peu de conséquences apparentes à la rentrée 2008. Une classe de seconde de baccalauréat professionnel en trois ans viendra se substituer à une classe de seconde Bep qui n’ouvrira pas. Mais en 2009, la fermeture des terminales Bep fera perdre un grand nombre de classes. Il sera alors trop tard pour réagir, les secondes Bep seront fermées depuis un an, il n’y aura aucun moyen pour créer les terminales Bep.

Même si cette réforme ne veut pas l’annoncer clairement en n’indiquant que des implantations des baccalauréats professionnels en trois ans, elle mène bien, à terme, à la suppression des Bep. Elle autorisera en parallèle l’augmentation des effectifs par classe : trois groupes de douze réunis en enseignement général ou 35 élèves dans les sections tertiaires, c’est possible, envisagé et même à l’essai dans certaines Académies. La Fédération des syndicats Sud éducation ne peut accepter cette dégradation des conditions d’enseignement qui se fera aux dépens de la qualité de la formation.

GIF - 102.3 ko

Les élèves entrant en première année de Bep étaient souvent en difficulté scolaire en collège. Que vont devenir ceux qui sont le plus en difficulté ? La Fédération des syndicats Sud éducation ne peut admettre qu’ils soient envoyés vers des sections d’apprentissage nouvellement créées ou qu’ils soient contraints de quitter la section de bac pro en trois ans au bout de la deuxième année avec en poche une certification factice. En effet son contenu n’est pas défini et l’objectif véritable de l’institution est de se dédouaner à bon compte du décrochage scolaire de ces élèves.

Un diplôme, quel qu’il soit, devrait être garant d’une formation de qualité, ce ne sera plus le cas. Lorsqu’il s’agit d’un diplôme de l’enseignement professionnel, il doit être reconnu dans les conventions collectives (le baccalauréat professionnel ne l’est pas). La Fédération des syndicats Sud éducation s’offusque qu’on puisse vouloir déqualifier les formations professionnelles en prétendant vouloir favoriser l’insertion professionnelle des jeunes.

En effet, la raison d’être de cette réformeest d’initier une restructuration d’ampleur de l’enseignement avec comme objectif final : moins de formation, moins de choix d’orientation, moins d’heures d’enseignement et donc moins d’enseignants et moins de fonctionnaires en général. La Fédération des syndicats Sud Éducation appelle tous les personnels à s’organiser dès aujourd’hui pour mener la lutte la plus large et la plus unitaire possible pour un enseignement professionnel permettant la réussite et l’épanouissement de tous les élèves.

Contre la casse de l’enseignement professionnel public

Plus que jamais, pour le retrait de la réforme Darcos

Fédération des syndicats Sud éducation

Navigation