Groupes de travail ministériels Fonctionnement des écoles / Direction d’école

vendredi 22 décembre 2006
mis à jour dimanche 21 janvier 2007

PDF - 30.1 ko
Projet de décret relatif à l’expérimentation des Etablissements Publics d’Enseignement Primaire

La fédération SUD EDUCATION a été invitée à participer aux groupes de travail ministériels. Il nous paraît important de rappeler dans quelle perspective nous situions notre
présence dans ces groupes de travail.

1) Nous demandions l’abandon immédiat de toute sanction envers nos collègues pour grève administrative.

2) Nous avons souligné que l’absence de plusieurs organisations syndicales pose le problème de légitimité de ces groupes de travail. C’est au Ministère de l’Education
d’agir pour lever cette difficulté.

3) Le fait de participer aux groupes de travail ministériels était, pour SUD EDUCATION, l’occasion :
a. De recueillir des informations utiles pour les personnels.
b. De défendre notre orientation syndicale.

4) Cette orientation syndicale est la suivante :
a. Contre tout statut, même déguisé, de chef d’établissement dans les écoles.
b. Contre toute mise en concurrence des écoles entre elles.
c. Contre les EPEP.
d. Pour des secteurs scolaires socialement mixtes.
e. Pour les 3 heures de concertation hebdomadaires (24 H cours élèves + 3 H concertation).
f. Pour la formation de tous les personnels au travail collectif.
g. Pour l’augmentation des décharges attribuées aux écoles.
h. Pour la création, dans les écoles, d’emplois administratifs tenus par des personnels titulaires et formés relevant du statut de la Fonction Publique
d’Etat.
i. Pour la création de postes d’Assistantes Sociales dans les écoles, et les moyens pour les personnels sanitaires et médicaux de travailler dans des conditions correctes dans les écoles. En particulier dans les écoles ZEP.

Chacun aura compris que nous ne nous situons en aucun cas dans une logique d’expérimentation des EPEP, ni dans une logique de STATUT D’EMPLOI. Celui-ci diviserait de fait le corps unique des enseignants du premier degré et pourrait aboutir à créer dans ce secteur une catégorie nouvelle, à la fois hiérarchiquement supérieure aux enseignants ainsi qu’aux personnels communaux et dépendante de l’administration de par le caractère précaire de cet emploi. Nous ne pouvons en aucun cas cautionner des projets que nous estimons contraires aux intérêts d’une école de la réussite de tous les élèves. C’est ce que nous avons déclaré le 30 novembre 2006 au ministère de l’éducation nationale. Le 21/12/06, aucun des problèmes soulevés n’a été réglé par le ministère. Pire, le projet de décret d’expérimentation des EPEP, laisse apparaître que la décision du ministère est déjà prise.

C’est pourquoi les représentants de la FEDERATION SUD EDUCATION quittent ce groupe de travail.

Philippe BARRE
Jean-François FONTANA
21/12/06

Sur le Web