Dans nos luttes : dénoncer une nouvelle atteinte au droit de grève

jeudi 12 mars 2009

Un nouveau décret de décembre 2008 prétend fixer les règles de l’exercice du droit de grève dans les écoles maternelles et élémentaires.

(…) Ce décret a été pris avec l’objectif de « prévenir les conflits » en application de la loi du 20 août 2008 qui institue un « droit d’accueil pour les élèves des écoles maternelles et élémentaires pendant le temps scolaire » et impose une déclaration préalable de grève d’un délai de 48 heures pour les enseignants. Des sanctions individuelles sont envisagées en cas de non respect de ce délai. Ce Service Minimum d’Accueil prétend s’imposer aux mairies qui pourraient donc aller, en cas de grève, jusqu’à la réquisition de personnels municipaux pour assurer ce service.

La « négociation préalable » à la grève est en fait une procédure complexe et longue d’au moins 13 jours (…) Le gouvernement veut encadrer, freiner, et institutionnaliser les relations employeurs/syndicats dans un cadre contraignant. A un moment où il attaque tous les niveaux de l’école publique, le gouvernement entend réduire les capacités de riposte des personnels en instaurant une véritable limitation du droit de grève et empêcher ainsi la construction d’un rapport de force, seule méthode permettant aujourd’hui d’obtenir la satisfaction des revendications. Ces mesures liberticides qui concernent aujourd’hui les écoles élémentaires et maternelles interviennent un an après des mesures identiques visant à réduire le recours à la grève dans les transports. Nul doute qu’elles ne manqueront pas de s’étendre à l’ensemble du système éducatif et à bien d’autres secteurs si elles ne sont pas véritablement combattues.
Sud éducation rappelle que la grève est un acte lourd de conséquences pour les salariés qui perdent leur(s) journée(s) de salaire lorsqu’ils y participent, et qu’elle révèle l’absence de véritable dialogue social. SUD éducation revendique l’abrogation de cette loi et de ce décret et mènera la lutte en ce sens avec les autres organisations syndicales (…)

Extrait du communiqué Sud éducation du 2 février

Navigation

Mots-clés de l'article