Contre l’école sécuritaire

vendredi 14 juillet 2006
mis à jour samedi 2 septembre 2006

L’arsenal sécuritaire est, pour le gouvernement, une nécessaire mesure d’accompagnement de sa politique libérale qui accroît la précarité, la paupérisation des quartiers populaires, la destruction des formes de solidarité. Le traitement sécuritaire des problèmes au sein de l’école permet ainsi d’évacuer les véritables problèmes, et présente la relégation sociale issue de l’échec scolaire comme relevant de la seule responsabilité individuelle, des élèves eux-mêmes, de leur famille, voire de leurs enseignants. Les références constantes aux incivilités, à la délinquance au sein de l’Ecole, et à la nécessité de leur répression, servent d’alibi à un renoncement politique en matière d’Education [...]

Sud éducation dénonce tout partenariat entre l’éducation nationale et la police et appelle les personnels à s’opposer au renforcement des liens entre institution éducative et institution répressive [...] Sud éducation entend continuer à dénoncer les fichages informatisés toujours plus nombreux et à tenter d’organiser leur boycott.

Congrès fédéral Sud éducation,
mai 2006, Clermont-Ferrand (extraits).