Colonisation, Immigration & éducation

écho du Stage de formation syndicale des 20 et 21 mars à Bourges
mardi 13 mai 2008

Quelle place accorder à l’universalisme républicain en période de crise de la laïcité, de relégation des quartiers populaires et de stigmatisation de la jeunesse issue de l’immigration ? Avec pour objectif de poser le problème en multipliant les approches, la commission fédérale International a réussi son pari : organiser un stage de formation convivial et sans tabous, qui alimente le débat interne en ouvrant des perspectives d’action syndicales.

Pascal Bianchini, membre de la commission International, a commencé par rappeler comment l’école coloniale était officiellement chargée d’assimiler les indigènes à la République tout en organisant une ségrégation explicitement fondée sur le principe de l’inégalité des races. Un système qui semble avoir été importé et adapté en métropole pour reconstituer un nouvel indigénat : la jeunesse “issue de l’immigration”. Ce sont les mutations de cette jeunesse, constamment renvoyée à ses origines sans pour autant y être enracinée, que Mamadou Mbodje, militant à l’Asiad, a analysé en détail. De l’échec des luttes politiques pour l’égalité du début des années 80 aux émeutes urbaines, et à la reterritorialisation identitaire - autour de la “cité”, de l’islam ou de l’ethnie -, c’est toujours le même problème franco-français qui se perpétue. Les émeutes de Villiers-le-Bel n’ont pas fait exception. En désignant comme responsables les familles non francophones et polygames, nos politiciens ont tenté d’escamoter un fait têtu : les jeunes émeutiers n’étaient pas étrangers mais français, et c’est en tant que tels qu’ils ont réagit au traitement policier qu’on leur réserve.

Les syndicalistes ont trop tendance à délaisser des problèmes considérés comme trop éloignés de ceux du monde du travail. Comme l’a rappelé Gilles Déroche, militant de Sud Champagne-Ardenne, seuls des partis politiques comme le Psu se sont systématiquement opposés à la guerre d’Algérie. Pour le mouvement syndical ce fût un rendez-vous raté avec l’Histoire, lourd de conséquences sur ses rapports avec les travailleurs immigrés dans les décennies suivantes.

D’autant plus que, selon Pierre Tévanian, professeur de philosophie à Drancy, le “retour du colonial dans la République” demeure au cœur du traitement de la jeunesse des quartiers populaires, notamment dans la façon dont la laïcité est instrumentalisée pour stigmatiser les musulmans. A la “laïcité sacralisante”, qui vise à faire de l’espace public un sanctuaire consacré à produire la fiction de citoyens indifférenciés, il faut selon lui opposer une “laïcité athée” par laquelle l’Etat se bornerait à traiter la liberté religieuse dans le cadre strict du régime général de la liberté d’expression. Seul un tel “athéisme laïc” pourrait éviter d’être mis au service d’un “racisme républicain” qui, du “français musulman d’Algérie” au “français musulman des quartiers” en passant par la figure du « jeune issu (à perpétuité) de l’immigration”, continue de parer une vieille oppression des habits neufs de l’émancipation.

Le débat, parfois vif mais toujours stimulant, s’est poursuivi longuement, en particulier sur les rapports qu’entretiennent luttes de classes, de genres et de “races”. Dérivent-elles les unes des autres ? Sont-elles autonomes, complémentaires ou contradictoires ? Quelles perspectives syndicales contre les discriminations, qu’il s’agisse de la titularisation des collègues “issus de la diversité”, des emplois réservés aux nationaux ou de la ségrégation scolaire ?

Pour que chacun puisse accéder au contenu de ces deux jours de formation syndicale, l’intégralité des analyses et des discussions sera prochainement mise en ligne sur www.sudeducation.org

Sud éducation Loiret

Pour aller plus loin

- Ecole et politique en Afrique noire. Sociologie des crises et des réformes du système d’enseignement au Sénégal et au Burkina Faso (1960-2000), préface de P. Fougeyrollas, Pascal Bianchini, Karthala, 2004.

- Les Ardennais et la guerre d’Algérie, préface de M. Rébérioux, Gilles Déroche, Terres ardennaises, 2002.

- Les filles voilées parlent, Quarante-cinq textes et entretiens recueillis par I. Chouder, M. Latrèche et P. Tevanian, la Fabrique, 2008.

- La République du mépris : les métamorphoses du racisme dans la France des années Sarkozy, Pierre Tévanian, la Découverte, 2007.

- Collectif Les Mots Sont Importants : www.lmsi.net

Navigation

Mots-clés de l'article