CR de l’audience du 7 avril 2010 au MEN (DGESCO) des 3 associations : AFPEN, FNAME & FNAREN

jeudi 22 avril 2010

CR de l’audience du 7 avril 2010 au MEN (DGESCO) des 3 associations :
AFPEN, FNAME & FNAREN

M. René Macron (DGESCO) nous a reçus après avoir rencontré la veille les syndicats avec lesquels il avait travaillé autour d’un courrier aux IA destiné d’après le MEN à les inciter à stabiliser les RASED, favoriser les départs en formation et à pourvoir les postes vacants. Il ne nous a pas été proposé de travailler sur ce texte, et M. Macron s’est montré soucieux de distinguer le travail avec les syndicats de celui avec les associations professionnelles.
La première partie de l’entretien situe l’objet de l’audience :

La question des RASED… dans son ensemble sans restrictions de sujets à aborder, mais question à resituer dans son contexte de décisions politiques, de mesures budgétaires, de la réalité des évolutions sur le terrain.

Monsieur Macron souhaite une analyse qualitative du système par les associations professionnelles :

Comment se joue l’aide personnalisée, complémentarité ou opposition aux aides spécialisées, quelle articulation ?

Qu’apportent les enseignants spécialisés des RASED en termes de plus-value au système scolaire ?

- Les formations des enseignants spécialisés sont-elles toujours opérantes, faut-il les reconsidérer ? Monsieur Macron réaffirme que « le Ministre a pris la décision de stabiliser les réseaux et soutient leur existence… »

Mais, ajoute-t-il « ce n’est pas une évidence, le risque de dissolution du système existe… ». La crédibilité du RASED est donc à travailler. Des évolutions qualitatives sont peut-être nécessaires (selon lui), qui seraient mises en place à partir d’observations, d’évaluations et d’analyses du dispositif. Une enquête quantitative va être envoyée en ce sens aux IA afin de procéder à un état des lieux et un comparatif des postes E, G et Ψ (pourvus/non pourvus, par des PE spécialisés/en formation/non spécialisés, secteur prioritaire/non prioritaire) entre septembre2009 et septembre 2010. Le MEN s’est engagé à ce que les résultats de cette enquête chiffrée, qui va être rapide, nous soient communiqués.

Chaque association a pu s’exprimer sur ses pratiques, les manques, les difficultés rencontrées et sur les évolutions déjà engagées sur le terrain. Le MEN semble reconnaître la place du RASED concernant 2 axes de travail dans l’école : en direction des élèves en grande difficulté scolaire (également handicap et troubles du comportement) ; en direction des enseignants pour aide à l’analyse des difficultés, hiérarchisation des priorités et construction d’un meilleur « ciblage » des réponses aux difficultés ( de l’aide à la différenciation pédagogique jusqu’au travail en partenariat avec les familles et les dispositifs extérieurs). Nous avons souvent ramené le débat sur la nécessité d’une formation construisant une telle identité, que nous voulons de haute qualité, sur l’indispensable professionnalisation des enseignants spécialisés et des psychologues…

L’idée du MEN est d’inverser le processus de diminution des départs en formation , avec le souhait de n’avoir rapidement sur les postes que des enseignants formés ou en formation, et entre autres la proposition de nommer sur les postes vacants des « faisant fonction » qui s’engageraient à se former. Nos associations n’ont pris aucun engagement sur ce qui n’est à ce stade qu’une proposition sur laquelle nous avons à réfléchir et nous positionner.

Nous avons accepté de nous rencontrer à nouveau (le 18 mai) afin de participer à un groupe inter-associations : il s’agirait selon le MEN d’engager un travail qualitatif et de rendre plus lisible le travail des spécialisés en actualisant les référentiels de compétences des personnels E et G de 2004, en référence à la loi du 11 février 2005 et à la circulaire de 2009 sur les RASED.

Bien entendu, nous resterons vigilants afin que nos spécificités professionnelles comme la possibilité de construction d’une réelle identité spécialisée soient respectées et garanties et que les pistes évoquées par le MEN n’impliquent pas un risque de « certification au rabais ».

Compte-rendu rédigé par les représentants des trois associations

Navigation

Articles de la rubrique

Sur le Web