Brèves de mars 2003

 mars 2003
mis à jour samedi 15 janvier 2005

Nigéria

La Cour suprême du Nigéria a ratifié la condamnation à mort par lapidation de Amina. L’application de la peine est repoussée d’un mois pour raison d’allaitement de son fils. Après, Amina sera enterrée et tuée à coups de pierres, à moins que les pressions internationales fassent fléchir les autorités. Safiya, condamnée pour des raisons identiques (elle avait eu un enfant après avoir divorcé) à semblable peine, a été sauvée suite à la campagne organisée par Amnesty International et relayée par nombre d’associations et de syndicats. Vous pouvez sauver Amina en cliquant sur http://www.amnistiaporsafiya.org/, en apposant votre signature au bas de la carte de soutien et en faisant circuler ce message.


Le Recteur de Poitiers perd contre un OEA

Le tribunal Administratif de Poitiers a jugé (04/12/02) qu’un Ouvrier d’Entretien et d’accueil- concierge, contraint par son lycée-employeur à des semaines de 57 h (périodes scolaires) et 39 h (vacances élèves), était fondé à demander au rectorat le paiement des heures "effectivement réalisées pour les années 1997 à 2000, avec intérêts". Le rectorat de Poitiers, comme beaucoup d’autres, a longtemps ignoré la durée légale du travail fixée par décret de 1994 à 39 h hebdo dans la Fonction Publique. Notre collègue devra néanmoins attendre que l’administration fasse le décompte de son temps de travail effectif... avant de lui payer ce qu’elle lui doit. Quant aux années antérieures (1994-1996), elles sont couvertes par la prescription quadriennale !


Sochaux : SUD s’implante chez PSA !

Le développement des syndicats SUD dans le privé a franchi au début de l’année 2003 un pas important et hautement symbolique au regard de l’histoire du mouvement ouvrier : la création d’un syndicat SUD AUTO à Peugeot - Sochaux (20 000 salariés, dont 3000 intérimaires). A l’origine de cette création, une trentaine de militants, souvent élus du personnels, qui ont claqué la porte de la CGT Peugeot - Sochaux pour cause de désaccord grave avec la nouvelle direction, notamment sur la question de l’indépendance du syndicat à l’égard des organisations politiques... Nos camarades ont déjà eu à affronter en quelques semaines une campagne de dénigrement des personnes orchestrée par la CGT et relayée complaisamment par les media locaux, ainsi que la direction de PSA, laquelle a déposé à la demande des autres syndicats, mais en vain, un recours en référé pour empêcher les élus de continuer à siéger au nom de SUD.

SUD Education souhaite longue vie de luttes syndicales à SUD AUTO !
(contact : Solidaires 90, 5 rue Géant 90 000 BELFORT)


SEB réussit l’intégration de Moulinex

Le numéro un européen du petit électroménager a enregistré en 2002 un profit net en hausse de 60%, à 118 millions d’euros, pour un chiffre d’affaires de 2,49 milliards, en progression de 34,5%.

...Sur les "Moulinex" licenciés en 2001, 54% n’ont toujours pas retrouvé du travail, seulement 25% ont retrouvé un emploi stable.

On ne trouve pas de chiffre sur les détresses individuelles.


Santé scolaire

Demain, on ne rase pas gratis... on décentralise et on démantèle. Trois bilans de santé pendant la scolarité, ça pourrait être bien. Mais, 1 médecin pour 7000 élèves, 1300 titulaires et 1000 vacataires... 17 créations de postes prévues en 2003 (après 25 en 2002 et 50 en 2001)... et le projet de faire appel à des intervenants extérieurs. (actuellement, les médecin scolaires reçoivent une année spécifique de formation)


Guerre sociale...

Depuis 1991, en France, plus de 16 000 salariés ont péri des suites d’accident du travail. Ce chiffre regroupe les morts d’accident du travail dans l’entreprise (hors maladies professionnelles)et les décès survenus durant le trajet. Il a tendance à baisser en France, notamment en raison des délocalisations industrielles vers les pays en développement. On compte aujourd’hui 2 millions de tués au travail par an dans le monde (contre 1,2 millions en 1992) dont 85% dans les pays pauvres.

...et insécurité ?

taux d’homicide français : 1 pour 56 529 habitants par an
taux de tués du travail : 1 pour 12 625 salariés par an (hors travail au noir)

sources : CNAMTS (caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés)


La prison, nouvelle "école des parents".

A T., ville célèbre pour sa grande délinquance financière et son Arsenal, si un enfant commet un délit qui relève d’un Juge des mineurs, le parquet s’arroge le droit de pré-juger, non pas l’auteur, mais ses parents.

Le parquet appelle cela "responsabiliser les familles" , qui doivent opter pour le "stage de parentalité" (et obtenir ainsi le titre de "bons parents"), sous peine de condamnation pénale (sanctionnant donc les "mauvais" parents).Pour n’avoir pas cédé au chantage, une mère de famille élevant seule ses enfants vient d’être condamnée à une lourde peine de prison ferme.

La criminalisation des parents comme remède à la délinquance des mineurs, voilà un moyen de lutter contre la surpopulation carcérale !


Répression du mouvement social ( encore !) Un enseignant sous le coup d’une procédure policière et judiciaire !

Le 23 janvier, les enseignants de la cité scolaire de la Borde Basse dans le Tarn étaient en grève pour soutenir les MI-SE de leur établissement. Décidé en AG, un "barrage filtrant" est mis en place à l’entrée du lycée avec des véhicules de collègues pour ralentir la circulation, permettre la distribution de tracts et la signature d’une pétition. La police intervient et relève les immatriculations des véhicules participant à l’opération dont le camping-car de notre collègue, Claude Rossignol, syndiqué à SUD-Education. Un procès verbal est établi : le collègue risque 3 ans de retrait de permis de conduire pour "entrave à la circulation". Le dossier est aujourd’hui entre les mains de la Procureur de la République. La mobilisation pour exiger l’arrêt de toute poursuite à l’encontre de notre camarade reçoit le soutien de nombreux collègues et des syndicats SUD, FSU, CGT, SGEN-CFDT et SNETAA du Tarn. Une pétition circule ; nous avons besoin de la signature de tous pour peser contre ce qui apparaît une fois de plus comme une mesure d’intimidation à l’encontre du mouvement social de nature à remettre en cause les libertés inscrites dans la Constitution : le droit de grève et de manifestation et les libertés syndicales.

Vous pouvez demander cette pétition à SUD Education Tarn : 05 63 38 85 91 ou sud.education.tarn@free.fr.


Pour pétitionner contre le "délit d’outrage au drapeau tricolore et à l’hymne national" : www.outrages.lautre.net