Anti-mondialisation

Après Millau, procès en appel à Montpellier.
 mars 2001
mis à jour dimanche 3 avril 2005

Les 15 et 16 février derniers avaient lieu les procès en appel des militants de la Confédération paysanne poursuivis pour destruction de cultures transgéniques et démontage du MacDo de Millau en 1999.

Grâce à la mobilisation des forces du comité d’organisation, essentiellement la Confédération paysanne, les syndicats du G10 Solidaires et le comité local Attac, des dizaines de milliers de personnes se sont retrouvées pour manifester dans les rues de Montpellier, et jusque devant le tribunal, contre la criminalisation des militants anti-mondialisation et pour apporter leur soutien aux inculpés.

Des syndicalistes, des représentants de pays victimes de la mondialisation économique qui accule les paysans pauvres à la faillite, des responsables d’associations de lutte contre le libéralisme ont, avec les avocats de la Confédération Paysanne, témoigné et plaidé pour démontrer que les actions de José Bové et ses compagnons sont l’expression d’un refus largement partagé de laisser le champ libre aux tenants de la destruction d’une économie de subsistance dans les pays en développement (multinationales telles Monsanto ou Bayer, dont le but est de soumettre l’ensemble des paysans de la planète à leur loi du marché en les asservissant aux OGM) et d’assister les bras croisés à l’implantation toujours croissante des négriers de la malbouffe jusque dans les zones rurales.

L’on apprenait d’ailleurs que, la semaine suivante, grâce à l’invitation de ses fournisseurs FNSEA de vache folle, MacDonald’s tiendrait un stand au Salon de l’Agriculture...

Le procureur de la cour d’appel de Montpellier s’est montré particulièrement cynique contre nos camarades, allant jusqu’à leur demander si leurs actions n’étaient pas une incitation à la violence pour les jeunes des banlieues !

Jeudi 15 mars, le verdict du tribunal correctionnel est tombé pour le 1er jugement, celui de la destruction de cultures de riz transgénique en 99 : 10 mois de prison avec sursis pour José Bové.

Mais déjà, un autre rendez-vous est fixé aux défenseurs d’un "autre monde possible" : une journée mondiale contre les OGM le 17 avril prochain, date anniversaire de l’assassinat de Paysans Sans Terre du Brésil par les fazendeiros, qui cultivent impunément l’expropriation et le maïs transgénique.