Octobre 2005


Articles publiés dans cette rubrique

lundi 17 octobre 2005
mis à jour samedi 21 janvier 2006

Et si on travaillait tous, moins et autrement ?

Avec les mêmes méthodes que celles des dirigeants des groupes industriels, l’Etat employeur licencie massivement contractuels -17000 emplois en trois ans- et stagiaires en IUFM. Avec la même logique comptable, il supprime aussi des milliers de postes de fonctionnaires. Villepin nous assure pourtant qu’en acceptant d’être moins nombreux, les fonctionnaires gagneraient plus. Or ce que nous vivons depuis plusieurs années, c’est qu’en étant de moins en moins nombreux, nous devons travailler toujours plus, (...)  >> Lire la suite...
lundi 17 octobre 2005
mis à jour samedi 21 janvier 2006

Huit bonnes raisons d’aller vers les Sud

En 1995 au sortir d’un grand mouvement de grève, des personnels de l’Education nationale, déçus de leurs syndicats, décident d’en créer un nouveau dans la mouvance de Sud Rail et Sud Ptt. C’est une fédération de syndicats autonomes. Il n’y a pas de chef à Sud ! Seuls les assemblées générales d’adhérents et les conseils fédéraux sont souverains : pour assurer la défense de nos intérêts matériels et moraux faire aboutir les revendications des personnels en activité, au chômage ou retraités, titulaires ou (...)  >> Lire la suite...
lundi 17 octobre 2005
mis à jour samedi 21 janvier 2006

Nous sommes irremplaçables

Obligation de remplacement

Le remplacement en interne des absences de moins de quinze jours ne tombe pas du ciel. Officiellement justifié par la nécessité d’assurer la continuité du service public, il résulte en réalité d’un choix politique de longue date : démanteler le système de remplacement. Mais pour quoi faire ? Souvenons-nous. Jusqu’en 1997, il existait deux statuts de remplaçant : les Titulaires Académiques (TA), principalement affectés aux remplacements à l’année, et les Titulaires Remplaçants (TR) qui prenaient en charge (...)  >> Lire la suite...
lundi 17 octobre 2005
mis à jour samedi 21 janvier 2006

Lettre à Monsieur de Robien

Il nous écrit, alors on lui répond

Cher Monsieur, L’humilité n’étant pas une valeur syndicale, nous vous laissons la responsabilité de vos valeurs aristocratiques. Servir était un honneur sous l’Ancien Régime, agir nous convient mieux. « C’est la première rentrée que nous allons assumer ensemble. » Espérons que ce soit la dernière. Ce n’est d’ailleurs pas vous qui allez assumer les classes surchargées, les collègues précaires virés en fin de contrat. « C’est l’occasion de vous exprimer directement et personnellement mon estime » (merci le (...)  >> Lire la suite...
lundi 17 octobre 2005
mis à jour samedi 21 janvier 2006

Bonjour la rentrée !

Décrets d’application de la loi Fillon

Les premiers décrets d’application de la loi Fillon, parus au BO n°31 du 1er septembre, confirment l’esprit de la loi. Ils concernent la mise en œuvre des « dispositifs d’aide et de soutien pour la réussite des élèves à l’école et au collège » (PPRE), l’enseignement des langues vivantes, l’attribution de mentions au mérite au brevet des collèges et au BTS ainsi que le « remplacement de courte durée des personnels enseignants dans les établissements d’enseignement du second degré. » Un peu de soutien pour (...)  >> Lire la suite...
lundi 17 octobre 2005
mis à jour samedi 21 janvier 2006

Décentralisation : Ne rien signer !

Sur 22 régions, 21 d’entre elles ainsi que la moitié des départements n’ont pas signé les conventions de mise à disposition. Des CTPA sur les transferts ont été reportés, l’application de la loi patine mais le gouvernement n’a pas renoncé à la mettre en place à coups d’arrêtés ministériels. Des entretiens individuels vont être organisés par les chefs de service (Education nationale, territoriale ?) avec les ouvriers. Il faut refuser collectivement de s’y rendre et, surtout, refuser de signer quoi que ce soit. (...)  >> Lire la suite...
lundi 17 octobre 2005
mis à jour samedi 21 janvier 2006

« Mon fils a le droit d’aller à l’école comme tout le monde ! »

Exploités, incendiés, expulsés

La rentrée s’est bien passée à 99% déclarait le ministre de Robien. Le fils de monsieur Coulibaly, qui faisait partie des squatters de la rue de la Fraternité expulsés le jour de la rentrée faisait sans doute partie des 1% restant... En effet, après avoir bloqué les deux extrémités de la rue, les CRS ont fait sortir tous les occupants d’un petit immeuble où résidaient 18 familles africaines, dont une trentaine d’enfants. Ces derniers ont ainsi passé le jour de la rentrée dans un square après que leurs (...)  >> Lire la suite...
lundi 17 octobre 2005
mis à jour samedi 21 janvier 2006

Quand les fascistes tentent de falsifier l’histoire et réhabilitent le colonialisme...

Dans un communiqué de juin 2005, la LDH de Toulon informait de l’attribution par Daniel Simonpiéri, maire de Marignane (Bouches-du-Rhône), à l’Association de Défense des Intérêts Moraux et Matériels des Anciens Détenus et Exilés politiques de l’Algérie française (ADIMAD), d’une parcelle vierge dans le nouveau cimetière de sa ville. L’ADIMAD souhaitait y « ériger un mo-nument à la mémoire d’anciens membres de l’Organisation Armée Secrète (OAS) emprisonnés ou condamnés à mort ». Très vite, de nombreuses (...)  >> Lire la suite...
lundi 17 octobre 2005
mis à jour samedi 21 janvier 2006

Camarades inspecteurs... encore un effort !

Pour syndiquer les personnels d’inspection de l’Education nationale, la rivalité s’opère essentiellement aujourd’hui entre le SIEN-Unsa qui existait déjà dans l’ancienne FEN et le SNPI-Fsu, syndicat plus récent d’une fédération qui n’entendait pas laisser la syndicalisation de la hiérarchie au rival de toujours. Le premier représente 71% des voix aux élections professionnelles de 2003 quand le syndicat de la Fsu pointe à 16%, le reste étant attribué à un Sgen-Cfdt résiduel ici comme ailleurs. Les deux (...)  >> Lire la suite...
lundi 17 octobre 2005
mis à jour samedi 21 janvier 2006

La charité selon Borloo

Equipes de « réussite éducative »

Le très médiatique ministre vient de lancer « l’un des dispositifs phares » de son plan de cohésion sociale : dans 185 communes, 200 équipes de « réussite éducative », réunissant les professionnels de l’enfance vont, dès la rentrée, apporter à 60000 enfants « un soutien individualisé et personnalisé » prenant en compte « la globalité de leurs difficultés scolaires sanitaires et sociales. » Borloo est grand prince : On vous donne l’argent ; utilisez-le au mieux pour les enfants, et l’on contrôlera a posteriori... (...)  >> Lire la suite...
lundi 17 octobre 2005
mis à jour samedi 21 janvier 2006

Le transfert généralisé de la classe du samedi au mercredi n’aura pas lieu dans le Loiret

Rythmes scolaires

Le projet de l’IA du Loiret d’instaurer la semaine continue dans une majorité des écoles du département vient d’être rejeté par la plupart des conseils d’écoles d’Orléans. A la différence du projet de transfert du samedi au mercredi à Paris en 2002 ; il s’agissait d’un transfert pur et simple sans aménagement global de la journée. Une « proposition » ou un « diktat » ? Fin 2003, dans un courrier aux directeurs d’écoles, l’IA « invitait » les équipes enseignantes et les conseils d’écoles à engager la réflexion (...)  >> Lire la suite...
lundi 17 octobre 2005
mis à jour samedi 21 janvier 2006

Procès lycéens : Non ce n’est pas fini !

Monsieur de Robien, en visite le 14 septembre au pôle universitaire européen de Strasbourg, a déclaré que les lycéens poursuivis en justice pour « des voies de fait ou des agressions physiques » lors de la manifestation contre la loi Fillon avaient « perverti le message de l’immense majorité », et il a rappelé que « les organisateurs doivent faire attention, dans la mesure du possible, à éviter ces débordements ». Quant aux débordements des forces de police, il n’en a, bien sûr, pas été question. Pourtant (...)  >> Lire la suite...
lundi 17 octobre 2005
mis à jour samedi 21 janvier 2006

La vérité sort de la bouche de la police

Le 22 septembre, nous étions nombreux au Tribunal de grande instance de Paris, pour soutenir Antoine Bérard inculpé pour outrages à agents, violences et rébellion. Beaucoup d’entre nous se rappelaient qu’au soir de la manifestation lycéenne du 13 avril, nous cherchions à avoir des nouvelles d’un jeune homme, interpellé par les forces de l’ordre avec une violence insupportable : gazé, plaqué au sol, traîné par les cheveux, roué de coups. Or c’est ce même jeune homme qui se retrouvait au banc des accusés, (...)  >> Lire la suite...
lundi 17 octobre 2005
mis à jour samedi 21 janvier 2006

La répression anti-syndicale, une nouveauté ancienne

La répression anti-syndicale n’est pas un phénomène nouveau. Le patronat a toujours combattu durement les syndicalistes, dès lors que ceux-ci refusaient la collaboration des classes et engageaient des luttes. Tous les syndicalistes ne sont donc pas sanctionnés, seuls le sont ceux qui se montrent combatifs. Dans la période récente, la CGT évalue à plus de 10 000, le nombre de délégués du personnel licenciés, entre les années 80 et 90. Cette chasse aux sorcières associée aux grandes restructurations (...)  >> Lire la suite...
lundi 17 octobre 2005
mis à jour samedi 21 janvier 2006

Suite de la répression à Bègles

Les 14 salariés incriminés par La Poste au centre de tri de Bègles ont été lourdement sanctionnés : les uns mutés d’office, les autres suspendus pour des périodes allant de 3 mois à 2 ans. Mais surtout le seul contractuel salarié de droit privé pris dans cette répression est purement et simplement licencié ! Il est le plus durement frappé, démonstration que la casse des statuts de la Fonction Publique nous met tous à la merci de l’arbitraire le plus absolu, pour lequel le syndicalisme est à éliminer... ou (...)  >> Lire la suite...
lundi 17 octobre 2005
mis à jour samedi 21 janvier 2006

Demie victoire amère pour Christian Muller

Christian Muller, ex-délégué CGT à la Caisse d’Epargne de Lens, a été licencié en juin dernier à l’expiration de la protection liée à son mandat. Les motifs invoqués par la direction sont les désormais classiques « propos injurieux, graves et insultants », accusations infondées comme le démontre l’absence de motivation de sa lettre de licenciement. Ces méthodes patronales pour liquider un syndicaliste qui l’a « trop ouvert » se banalisent, s’accompagnant souvent d’une stratégie d’isolement progressif du (...)  >> Lire la suite...
lundi 17 octobre 2005
mis à jour samedi 21 janvier 2006

Chez Citroën, les mots “syndicaliste” et “grève” n’existent pas.

Ailleurs c’est pire...

Au printemps dernier à Aulnay-sous-Bois, Citroën a fait remplacer les grévistes par des intérimaires, dans le but de briser illégalement un mouvement dur à l’atelier des peintures. Pour empêcher toute intrusion dans ce local les agents de maîtrise furent requis. Philippe JULIEN, secrétaire du syndicat CGT a voulu déjouer cette manœuvre scandaleuse, avec trois autres délégués CHS (Hygiène et Sécurité). Ils se présentèrent sur le site interdit et usèrent de leur droit d’accès garanti par la loi. Là, ils furent (...)  >> Lire la suite...
lundi 17 octobre 2005
mis à jour samedi 21 janvier 2006

Dérives exemplaires d’un Lycée Professionnel en Vaucluse

Privatisation et harcèlement

En 2003, les personnels de l’Education nationale d’Avignon et de sa région ne furent pas les premiers en France à se mobiliser contre la casse des retraites et la décentralisation de nos collègues TOS. Ils entrèrent néanmoins très fortement dans le mouvement en mai. Ce fut aussi le cas au LP du Domaine d’Eguilles. La direction commença alors les premières "délicatesses" avec les personnels militants et grévistes ; il fallait déjà probablement distinguer, et aider à distinguer, les bons petits soldats des (...)  >> Lire la suite...