Lexique insurgé


Articles publiés dans cette rubrique

dimanche 6 février 2005

Lexique insurgé

Dans son offensive pour imposer au monde son mode de régulation et son modèle socio-économique, le néolibéralisme a, dans un premier temps mené une vaste opération idéologique visant à formater les esprits pour les préparer à accepter, voire à réclamer les mesures politiques, économiques que les gouvernements et le patronat étaient en train d’élaborer. Cette préparation de l’opinion (au sens où l’on parle d’une préparation d’artillerie) a été assurée avec constance par les grands médias avec l’appui (...)  >> Lire la suite...
 2004
mis à jour dimanche 6 février 2005

Les mots de la mondialisation

« L’homme descend du signe » : Il ne manque que la parole à certains animaux, entend-on parfois. C’est aussi ridicule que de dire : il ne manque au patron de Vivendi Universal, J.M Messier que les ailes pour voler (voler : dans le sens aérien...). Le langage n’est pas une faculté surajoutée à l’ensemble des fonctions animales : le fait de parler modifie tous nos rapports avec les êtres et les choses. Le langage n’est pas une superstructure qui viendrait s’ajouter au système physico-chimique, il est (...)  >> Lire la suite...
 2004
mis à jour dimanche 6 février 2005

Alternatives

Les alternatives que le mouvement social est capable de proposer s’opposent au modèle de développement capitaliste. Ne proposer qu’une Alternative reviendrait à opposer un modèle à un autre et finalement à rejouer l’affrontement idéologique qui a prévalu pendant la guerre froide. Elles doivent donc s’écrire au pluriel et ne sont surtout pas à confondre avec alternance. En s’inscrivant dans la lutte anticapitaliste, les alternatives s’engagent également dans la résistance à l’homogénéisation, à la (...)  >> Lire la suite...
 2004
mis à jour dimanche 6 février 2005

Citoyenneté

Le retour du citoyen À l’époque moderne, et en particulier avec la Révolution française, la réapparition du citoyen disparu depuis l’Antiquité a représenté un progrès considérable, puisque celui-ci remplaçait le sujet. Après avoir été pendant des siècles assujetti, c’est-à-dire soumis au bon plaisir du roi, le citoyen est apparu comme acteur de sa propre histoire, co-souverain en tant que membre de ce souverain collectif qu’est le peuple. Le passage de l’état de sujet au rôle de citoyen a donc sans doute été (...)  >> Lire la suite...
 2004
mis à jour dimanche 6 février 2005

Démocratie

Une des prétendues « évidences » qu’on voudrait nous imposer, c’est que le capitalisme en général et/ou le libéralisme vont forcément de pair avec la démocratie. C’est pourquoi il faut aussi s’interroger sur la démocratie. Il est clair qu’on ne va pas ici épuiser le sujet, ni même trancher sur l’essentiel. On se contentera de montrer quelques-unes des questions qu’il faut se poser. Présentation générale. Si on interroge les Delarue - l’homme ou la femme, peu importe - de but en blanc sur ce que c’est que la (...)  >> Lire la suite...
 2004
mis à jour dimanche 6 février 2005

Employabilité

« Alors que se dessine progressivement une nouvelle forme de « compromis salarial », associant non plus subordination contre sécurité de l’emploi mais employabilité contre engagement dans le développement des compétences, une meilleure compréhension de ce partage de responsabilité entre salarié et entreprise devient cruciale... » Journée Compétence du Medef du 15/11/02 Exit donc la sécurité de l’emploi [mais le lien de subordination du salarié à l’employeur reste, lui, bien réel] et vive la logique de « (...)  >> Lire la suite...
 2004
mis à jour dimanche 6 février 2005

Globalisation/Mondialisation

GLOBALISATION : processus de conception au niveau mondial de la gestion et de l’organisation d’une entreprise. Cette situation résulte d’une stratégie d’internationalisation qui recherche des économies d’échelle au niveau mondial. La mondialisation des économies est le résultat, mais aussi une des raisons de cette stratégie. MONDIALISATION : processus par lequel les économies nationales ont tendance à se fondre dans un système d’organisation de la production et des échanges à l’échelle mondiale. La (...)  >> Lire la suite...
 2004
mis à jour dimanche 6 février 2005

Gouvernance

Il est parfois des concepts qui connaissent un succès médiatique éphémère. Imposé par ceux qui se définissent eux-mêmes comme des « leaders d’opinion », la banalisation de leur usage sert surtout à masquer le vide abyssal du discours dominant. Certains de ces mots traduisent pourtant l’existence d’enjeux politiques, sociaux ou idéologiques réels qu’ils ont justement pour tâche de maquiller. Tel est, aujourd’hui, le cas pour le terme de « gouvernance ». Empruntée au vocabulaire technique du management, la (...)  >> Lire la suite...
 2004
mis à jour dimanche 6 février 2005

Libéralisme

Dans le jargon du mouvement social, le terme libéral (qu’il soit employé seul ou qu’on lui accole les préfixes néo ou ultra) s’est imposé au cours des années 90. L’extrême fréquence de son usage, comme la diversité des sens qu’on lui attribue posent le problème de la pertinence de son utilisation et imposent un effort de clarification. L’enjeu est d’autant plus important que le mot libéralisme est bien souvent porteur d’une connotation positive, soit en raison des associations qu’il ne peut manquer d’évoquer (...)  >> Lire la suite...
 2004
mis à jour dimanche 6 février 2005

Modernité

La modernité a toujours été connotée positivement depuis que le capital a assis sa domination planétaire. Contrairement au monde féodal, fondé sur la tradition, le capitalisme présente comme sa plus belle réussite - quasiment sa preuve ontologique - le progrès scientifique et technique, et notamment les deux révolutions industrielles puis la révolution cybernétique. Le progrès émancipe l’homme, c’est bien connu. Le « socialisme réel » s’est à son tour réclamé de la modernité. Il devait - disait-il - (...)  >> Lire la suite...
 2004
mis à jour dimanche 6 février 2005

Mouvement social

Avec Seattle, Nice, Gênes et Porto Alegre, une nouvelle phase de contestation de la mondialisation capitaliste est apparue. Elle forme ce que l’on appelle le mouvement social. A l’initiative d’individus, d’associations (comme ATTAC), de syndicats (comme ceux du G 10 - Solidaires), d’organisations politiques, le mouvement social s’appuie sur une dynamique qui catalyse les convergences. C’est un mouvement qui puise ses racines dans la tradition de la contestation anticapitaliste. Les militants qui le (...)  >> Lire la suite...
dimanche 6 février 2005
mis à jour dimanche 6 février 2005

Egalité, égalité des chances, équité

I- “ Egalité ” vs “ égalité des chances ” S’il est bien un principe (laissons les “ valeurs ” aux boursicoteurs et parlons plutôt de principes) fortement enraciné au cœur même de l’idée de démocratie, c’est celui d’égalité. Dans la tradition française, par exemple, la Révolution a proclamé l’égalité de tous devant la loi et fait table rase des anciens “ ordres ” (noblesse, clergé, tiers-état) qui conféraient à leurs membres des statuts particuliers, assortis de privilèges dans les deux premiers cas. On avait, (...)  >> Lire la suite...

Navigation

Sur le Web