Le dossier "Retraites" de Solidaires


Articles publiés dans cette rubrique

 juillet 2003
mis à jour samedi 20 novembre 2004

Retraites : les vraies questions

L’histoire passée, en France comme ailleurs, nous montre que les conquêtes démocratiques et sociales ne sont jamais définitivement acquises. Dans les années 1945/1950 des choix politiques, liés aux rapports de forces de l’époque issus de la Libération, ont mis en avant un principe de solidarité qui s’est concrétisé en France par l’extension des services publics, l’institution d’une sécurité sociale à objectif général et des politiques budgétaires et fiscales relativement interventionnistes et (...)  >> Lire la suite...
 juin 2003
mis à jour dimanche 21 novembre 2004

Les "experts"

LES "EXPERTS" N’ONT PAS ÉTÉ CAPABLES DE DIRE EN 1960 QUE NOUS SERIONS 60 MILLIONS EN 2000, MAIS ILS PRÉTENDENT DÉJÀ CONNAÎTRE LA FRANCE DE 2040 ! Dans le débat sur les retraites, les "experts" insistent fortement sur le "choc démographique" que devrait connaître la France dans les années à venir. Ils nous disent que le nombre de "vieux" sera trop important par rapport au nombre de "jeunes" en 2040, et que ceci compromettra le régime des retraites par répartition. En réalité, s’il y a problème, il est (...)  >> Lire la suite...
 juin 2003
mis à jour dimanche 21 novembre 2004

Actifs "réels", inactifs "réels"

EN 1950, ILS N’ONT PAS PRÉVU LE MICROPROCESSEUR, LA CARTE A PUCES, INTERNET, LA SCOLARITÉ JUSQU’À 18 ANS ET LES CINQ SEMAINES DE CONGÉS PAYES, MAIS, EN 2000, ILS SAVENT DÉJÀ QUE LES ACTIFS DE 2040 NE POURRONT PAS PAYER LES RETRAITES DE 2040. Ce n’est pas le nombre de personnes en âge de travailler (20 ans/59 ans) qu’il faut comparer au nombre de personnes de plus de 60 ans, mais plutôt le nombre global "d’actifs réels" au nombre "d’inactifs réels" (les jeunes, les chômeurs, les femmes "au foyer", les (...)  >> Lire la suite...
 juin 2003
mis à jour dimanche 21 novembre 2004

Répartition ou capitalisation ?

RÉPARTITION OU CAPITALISATION, UNE MÊME BASE : LES RICHESSES PRODUITES MAIS DES DIFFÉRENCES ET DES INCOMPATIBILITÉS : LA RÉPARTITION DÉPEND DE LA RÉMUNÉRATION DU TRAVAIL LA CAPITALISATION DÉPEND DE LA RÉMUNÉRATION DU CAPITAL. Tout système de retraite, qu’il s’agisse de la cotisation-répartition ou de l’épargne-capitalisation, est un dispositif qui accorde aux retraités un droit à recevoir chaque année une part de la richesse nationale produite la même année : chaque année, les revenus versés aux (...)  >> Lire la suite...
 juin 2003
mis à jour dimanche 21 novembre 2004

Quand nous demandons...

Quand nous demandons 37,5 annuités pour toutes et tous, privé et public Nous disons que chacune et chacun doit pouvoir partir en retraite après 37,5 annuités d’activité en percevant le taux plein : le taux plein s’obtient avec 37,5 annuités maximum. Et qu’il convient de réduire ce nombre d’annuités pour des métiers pénibles, dangereux, particulièrement difficiles ou contraignants (intempéries, horaires, etc...) Quand nous demandons le droit à la retraite à 60 ans Nous disons que chacune et chacun doit (...)  >> Lire la suite...
 mai 2003
mis à jour samedi 20 novembre 2004

Fiche : n°1 - La répartition : comment ça marche ?

Les retraites par répartition c’est un système où des cotisations obligatoires sont prélevées chaque mois sur les salaires. Pour ces salariés les cotisations leur ouvrent des « droits à retraite », qu’ils percevront quand ils atteindront l’âge de la retraite. Il y a un rapport entre la durée des cotisations, leur montant, et le montant de la retraite qui sera ensuite versée. Mais il n’y a jamais identité totale. Les aléas de la vie font que certaines personnes bénéficient du versement de leur retraite (...)  >> Lire la suite...
 mai 2003
mis à jour samedi 20 novembre 2004

Fiche : n°2 - La capitalisation : comment ça marche ?

Les retraites par capitalisation c’est un système où de l’épargne est soustraite des revenus d’activité pour être placée et pour procurer des rendements financiers au moment de la retraite. Il y a un lien direct entre l’épargne de chaque personne pendant sa période d’activité et la rente/pension qu’elle perçoit pendant sa retraite. Une personne qui épargne en 2003 accumule des potentialités de rente pour sa retraite en 2040. Mais la retraite/rente qui lui sera versée en 2040 dépendra uniquement de la (...)  >> Lire la suite...
 mai 2003
mis à jour samedi 20 novembre 2004

Fiche : n°3 - Coexistence impossible entre répartition-cotisation et capitalisation-épargne.

Il y a un point commun à tout système de retraite, qu’il repose sur des cotisations ou sur de l’épargne : dans les deux cas, et à tout moment, des prélèvements sont opérés sur ceux qui travaillent et qui produisent les richesses pour permettre à ceux qui ne travaillent pas de vivre. Dans les deux cas le revenu net disponible des actifs est diminué des sommes transférées aux retraités. (diminué également des autres cotisations et impôts). Ensuite, les deux systèmes diffèrent dans les modalités du transfert. (...)  >> Lire la suite...
 mai 2003
mis à jour samedi 20 novembre 2004

Fiche n°4 - Les propositions et les "solutions" avancées par les rapports Charpin, Taddéï, Teulade.

Propagande pour préparer les opinions publiques Admettre la nécessité de "solutions" pour 2010, 2020 ou 2040, c’est affirmer qu’à défaut de prendre dès maintenant des orientations nouvelles, l’équilibre du système des retraites par répartition serait impossible à obtenir en 2010, 2020 ou 2040. L’Union Syndicale G10 Solidaires affirme que le ratio inactifs/actifs sera en 2010, 2020 ou 2040, sensiblement identique à ce qu’il est en 2000 : dès lors qu’en 2010, 2220 ou 2040 les "actifs" retenus sont ceux (...)  >> Lire la suite...
 mai 2003
mis à jour samedi 20 novembre 2004

Fiche n°5 - Arguments contre les revendications patronales

Cotiser plus pour percevoir moins ? Les "solutions" avancées ou préconisées par celles et ceux qui veulent modifier "courageusement" le régime des retraites par répartition tendent en général à augmenter les cotisations des salariés et à diminuer leurs prestations reçues au moment de leur retraite. Ainsi le MEDEF préconise de passer à terme à 42,5 annuités pour avoir une retraite à taux plein. Certains revendiquent même 45 ans ! La proposition également formulée de modifier la période de référence (...)  >> Lire la suite...
 mai 2003
mis à jour samedi 20 novembre 2004

Fiche n° 6 - Contre les fonds de pension

Créer des fonds de pension ? La proposition, ou la revendication, de créer des fonds de pension pour échapper à la faillite -annoncée par les mêmes- des retraites par répartition, est principalement formulée par les plus libéraux, le MEDEF, les banques, les assurances, une partie de la "classe politique", et par les chefs d’orchestre : la Banque mondiale, le FMI, l’OCDE. Depuis les faillites retentissantes d’ENRON et quelques autres scandales, les plus prudents ont mis un peu de réserves dans leurs (...)  >> Lire la suite...
 mai 2003
mis à jour samedi 20 novembre 2004

Fiche n° 7 - Contre les fonds de pension "français"

Créer des fonds de pension "français" pour "reprendre le contrôle des entreprises françaises" ? Mis à mal par les critiques, les partisans des fonds de pension ont avancé d’autres "arguments" que le financement des retraites pour imposer leur mise en place. Nous ne sommes plus alors dans le débat sur les retraites ; ce sont d’autres questions qui sont posées : le financement des entreprises, la capitalisation en France, la direction et le management des entreprises, etc. La colonisation organisée (...)  >> Lire la suite...
 mai 2003
mis à jour samedi 20 novembre 2004

Fiche n° 8 - Le mélange des genres : des salariés actionnaires ne garantissent pas des retraites de bon niveau pour tous.

Un actionnariat salarié « pour donner de nouveaux droits aux salariés » et pour les faire participer « aux fruits de leur entreprise » ? Ce thème déjà mis en avant à plusieurs occasions en France au cours de l’histoire politique et financière, est de nouveau porté par quelques faiseurs d’opinion, à l’occasion plus particulière des multiples privatisations, du fort mouvement de concentration du capital et des opérations d’achats d’entreprises et de prises de participation croisées, etc... Il s’agit (...)  >> Lire la suite...
 mai 2003
mis à jour jeudi 31 août 2006

Fiche n° 11 : Après le discours de Raffarin devant le Conseil Economique et Social le 3 février 2003.

Le Premier ministre a présenté l’architecture de son projet de réforme des retraites devant le Conseil Economique et Social le lundi 3 février 2003. Cette fiche technique a pour objet de revenir sur l’essentiel de ses propos pour mieux cerner la stratégie qui sera celle du gouvernement au cours du premier semestre 2003. Il est évident que dans ce discours du Premier ministre, comme dans tout discours officiel, il y a ce qui est dit, il y a ce qui est sous entendu, et il y a tout ce qui n’est pas (...)  >> Lire la suite...
 mai 2003
mis à jour samedi 20 novembre 2004

Fiche n°12 : Les retraites des femmes.

Le niveau de retraite de chacun (e) est fortement lié au niveau de salaire perçu par la même personne au cours de son activité. Les inégalités de salaires conduisent donc « naturellement » à des inégalités de retraites. Toutefois, par le jeu simultané des plafonnements pour les hauts salaires et des minima pour les bas salaires, la hiérarchie des retraites est un peu moins accentuée que la hiérarchie des salaires : le taux de remplacement est assez variable et peut aller de 50% pour des salaires élevés à (...)  >> Lire la suite...
 mai 2003
mis à jour samedi 20 novembre 2004

Fiche n°13 : Les retraites des fonctionnaires

En France les fonctionnaires relèvent d’un régime de retraite différent du régime dit « général » commun à la plupart des salariés dans le cadre de l’assurance - vieillesse de la Sécurité Sociale. Les pensions des fonctionnaires : le résultat de l’histoire politique et sociale de la France. Le particularisme actuel des fonctionnaires, tant lorsqu’ils sont en activité qu’après la cessation de cette activité, est lié aux évolutions de l’Etat et de la place de ses agents. L’émergence et la consolidation de la (...)  >> Lire la suite...
 mai 2003
mis à jour samedi 20 novembre 2004

Fiche n° 14 : Les régimes des retraites complémentaires et facultatifs de la fonction publique.

Le gouvernement Raffarin affiche officiellement sa volonté de « sauver la répartition ». On sait qu’il n’en est rien : la cohérence de sa réforme c’est de réduire fortement à terme le niveau des retraites et des pensions découlant de la répartition. Il y aurait donc toujours des retraites par répartition, mais leur niveau serait très bas. Les « choix » des salariés seraient donc clairs : vivre une retraite difficile, ou espérer « s’en sortir » individuellement en plaçant des économies, quand on peut en (...)  >> Lire la suite...
 mai 2003
mis à jour jeudi 31 août 2006

Fiche n°15 : Argumentaire contre la propagande gouvernementale au lendemain des manifestations du 25 mai

De très fortes manifestations Les journaux et les médias, même ceux qui sont les plus au service du patronat et du gouvernement, ne peuvent taire l’immense participation aux manifestations du dimanche 25 mai (tant à Paris qu’en régions). Les traditionnelles querelles de chiffres ne peuvent supprimer l’enthousiasme contagieux de toutes celles et tous ceux qui étaient effectivement présents dans les cortèges et sur les trottoirs, public et privé (car il y a avait effectivement du privé). 1 - Le (...)  >> Lire la suite...

Navigation

Mots-clés de la rubrique