Décembre 2001


Articles publiés dans cette rubrique

 décembre 2001
mis à jour dimanche 3 avril 2005

Nous n’oublions pas le 11 septembre.

Nous n’oublions pas le 11 septembre. Nous n’oublions pas les crimes du terrorisme et du système qui l’a engendré. Nous n’oublions pas qu’en juillet, à Berlin, des émissaires américains, pakistanais, allemands et de l’ONU proposaient un pont d’or aux talibans en échange du passage d’un pipe-line et d’un gazoduc. Nous n’oublions pas qu’américains et talibans négociaient Ben Laden à coups de dollars. Nous n’oublions pas les milliers de morts de misère, de malnutrition et d’épidémies sur cette planète, (...)  >> Lire la suite...
 décembre 2001
mis à jour dimanche 3 avril 2005

ALERTE ROUGE !

Libertés Publiques, Mouvement Social

Dans un document daté du 5 octobre, Amnesty International constate : "Le contrecoup (des attentats du 11 septembre) se fait d’ores et déjà sentir. Dans de nombreuses régions du monde ont eu lieu des agressions racistes, dont les victimes étaient ciblées uniquement en raison de leur apparence ou de leur religion. Au nom de la lutte contre le "terrorisme international", les gouvernements ont pris précipitamment des mesures draconiennes qui menacent les droits fondamentaux de leurs propres citoyens, (...)  >> Lire la suite...
 décembre 2001
mis à jour dimanche 3 avril 2005

Direction d’école

Nous risquons de perdre beaucoup.

Depuis les débuts de l’Ecole Publique en France, chaque école constitue une entité pédagogique propre. Dès ses origines, le syndicalisme des enseignants s’est constitué contre le pouvoir hiérarchique des directeurs. Aujourd’hui, les écoles maternelles et primaires sont des lieux de travail sans direction hiérarchique. Il y a là une position que nous devons défendre car elle permet le débat égalitaire dans le cadre du conseil des maîtres et la liberté pédagogique de chacun dans son travail quotidien. Nous (...)  >> Lire la suite...
 décembre 2001
mis à jour dimanche 3 avril 2005

Regroupements d’écoles

La création programmée de regroupement d’écoles géré par un "coordinateur" s’inscrit pleinement dans la logique libérale qui sévit dans l’Education depuis de nombreuses années. La multiplication des statuts, privés et publics, le recours systématique à la précarité, la subordination des objectifs de l’Ecole aux impératifs économiques, tout cela oblige à une structuration des établissements autour de deux axes essentiels : hiérarchisation, rentabilité. La remise en cause du pouvoir du conseil des maîtres est (...)  >> Lire la suite...
 décembre 2001
mis à jour dimanche 3 avril 2005

Particularisme parisien ou le jackpot du dirlo...

A Paris, la quasi-totalité des directeurs bénéficient d’une décharge complète. Rares sont ceux exerçant dans une école de moins de 5 classes qui n’ont droit qu’à une demi-décharge. La ville rembourse chaque année à l’Etat le différentiel du coût de ces décharges par rapport à la grille nationale. Ce qui fait des directeurs parisiens des employés à 2 casquettes : Education Nationale et Ville de Paris. Ils sont prioritaires pour l’obtention d’un logement de fonction (même s’ils sont PE, cas majoritaire) et pas (...)  >> Lire la suite...
 décembre 2001
mis à jour dimanche 3 avril 2005

Quinze ans déjà, coucou le revoilà !

Lors de l’hiver 87, le projet de décret du ministre de l’Education Monory, instituant le grade de "maître-directeur", visait déjà à installer un supérieur hiérarchique dans chaque école, conçu comme "le représentant direct du ministère dans les écoles". Figuraient, entre autres, dans ses attributions : "l’admission des élèves et leur répartition entre les classes et les groupes, la répartition des moyens d’enseignement, les modalités d’utilisation des locaux scolaires", ainsi que de nouvelles obligations (...)  >> Lire la suite...
 décembre 2001
mis à jour dimanche 3 avril 2005

Grève exemplaire à l’EREA de Lys

Lys-Lez-Lannoy, commune limitrophe de Roubaix. Etablissement Régional d’Enseignement Adapté, EREA : derrière ces initiales se cache la réalité d’un établissement regroupant près de 150 élèves en "grande difficulté" tant scolaire que sociale, dont une bonne moitié en général d’internes, garçons uniquement. On croyait pourtant la mixité acquise depuis 1968. Construit au début des années 70, les locaux de l’internat "font pitié" (comme disent les élèves). Douches défectueuses et souvent inutilisables, toilettes (...)  >> Lire la suite...
 décembre 2001
mis à jour dimanche 3 avril 2005

Solidarité avec les travailleurs américains

Malgré l’incroyable pression à laquelle ils sont soumis, des travailleurs américains lancent un appel à la solidarité, à la justice. Leurs formulations ne sont pas nécessairement celles que nous utilisons. Mais ils résistent et nous les soutenons. Ils ne sont pas seuls. Dans les universités, des groupes significatifs refusent de se laisser emporter dans le tourbillon vengeur animé par l’équipe Bush. Du côté Afghan, des femmes ont le courage de refuser de se taire, d’admettre la tutelle de ces alliés (...)  >> Lire la suite...
 décembre 2001
mis à jour dimanche 3 avril 2005

Lettre ouverte au mouvement ouvrier

Voici venu le temps de la justice, et non celui de la vengeance En conséquence, nous appelons tous ceux qui œuvrent à la justice sociale et économique, et en particulier nos frères et sœurs du mouvement ouvrier, à inclure dans leurs réactions à la crise les six principes fondamentaux suivants : Promouvoir la solidarité. Nous ne pouvons pas supporter que les actes de quelques extrémistes soient utilisés pour justifier l’hostilité à l’encontre des autres Musulmans, des Arabo-américains, des immigrés en (...)  >> Lire la suite...
 décembre 2001
mis à jour dimanche 3 avril 2005

Sortir du bunker

Depuis le 11 septembre, la politique a fait irruption dans les quartiers populaires, les cités, les banlieues. Nos collègues qui y travaillent sont déjà confrontés aux interrogations de leurs élèves par rapport à la guerre. Au fur et à mesure que la France s’y engage davantage, ces problèmes nous concerneront tous. Avec les trois minutes de silence ordonnées par le ministre, les attentats du 11 septembre ont fait une entrée officielle dans les écoles. Refus de faire respecter ces trois minutes de (...)  >> Lire la suite...
 décembre 2001
mis à jour dimanche 3 avril 2005

Non à la croisade impériale

L’appel signé par 113 intellectuels (dont P. Vidal-Naquet, J.-Y. Rochex, Joshua, F. Chesnais, la Fondation Copernic, etc.) que nous reproduisons ci-dessous, s’il ne manque pas d’ambiguïtés et de maladresses, a au moins le mérite d’être plus clair et tranché que tout ce qui a été publié depuis le 11 septembre. Le Monde du 22 octobre n’en a cité que quelques lignes. Cet appel aura pourtant eu un autre mérite : salué par les hurlements hystériques des "intellectuels" en rangers et battle-dress (au rang (...)  >> Lire la suite...
 décembre 2001
mis à jour dimanche 3 avril 2005

Contre l’État d’exception

Conférence de presse le vendredi 12 octobre 2001 au siège du Syndicat de la Magistrature. Le 3 octobre 2001, le Premier ministre a demandé au Parlement de prendre dans l’urgence des mesures gravement attentatoires aux libertés fondamentales pour conjurer le péril terroriste. Ce projet gouvernemental, préparé par le ministère de l’intérieur, prévoit : la perquisition des véhicules sur simple réquisition du parquet en dehors de toute procédure judiciaire, l’habilitation d’agents de sécurité pour (...)  >> Lire la suite...
 décembre 2001
mis à jour dimanche 3 avril 2005

L’ "exception" française

La puissante manifestation qui s’est déroulée à Rome ce 10 novembre, où 150 000 manifestants, souvent jeunes, ont défilé au cri de "Pas de "mais", pas de "si", non à la guerre militaire, économique et sociale" a balayé le rassemblement convoqué par Berlusconi pour soutenir les Etats-Unis. La présence d’Alain Delon n’y aura rien fait. Les manifestations de sympathie du peuple de Rome sont allées aux manifestants anti-guerre. Déjà, à la fin du mois d’octobre, les étudiants étaient descendus dans la rue (...)  >> Lire la suite...
 décembre 2001
mis à jour dimanche 3 avril 2005

ça s’est passé il y a quelques jours dans le métro de Gennevilliers (92)

Un de nos collègues, J.B., distribue "Cinquième zone", feuille gratuite diffusée surtout dans les cités. Brusquement 6-7 "agents de sécurité" RATP surgissent. Ils découvrent l’appel "La Fabrique de la haine", signé par des artistes, des militants, par plusieurs députés européens, etc... Cet appel parle de l’acquittement, par la Cour d’assises de Versailles, du policier Hiblot, qui avait tué, en 1991, d’une balle dans la nuque, Youssef, un jeune de la cité de Val Fourré. Très excités, ils poussent notre (...)  >> Lire la suite...
 décembre 2001
mis à jour dimanche 3 avril 2005

Explosion de l’AZF (Total-FINA-ELF) Bons baisers de Toulouse

Le 21 septembre 2001, à 10h 15, une très violente explosion détruit l’usine AZF, située à proximité d’une zone fortement urbanisée dans la banlieue sud de Toulouse. La déflagration de centaines de tonnes de nitrate d’ammonium (de l’engrais) provoque une véritable panique dans la plupart des quartiers, on l’entend à 80 kilomètres. Le bilan est lourd : une trentaine de mort(e)s, plus d’un millier de blessé(e)s graves, un nombre difficilement calculable de traumatisé(e)s. Des milliers d’habitations, de très (...)  >> Lire la suite...
 décembre 2001
mis à jour dimanche 3 avril 2005

L’arnaque de l’ARTT

Depuis la rentrée, dans les établissements scolaires comme dans les inspections académiques et les rectorats, les personnels IATOSS se réunissent en assemblées générales et en heures d’information syndicale pour discuter de l’ARTT et partout ils refusent l’annualisation et la flexibilité. Pourtant, le 16 octobre, 14 organisations syndicales, syndicats ou fédérations (A et I Unsa, Snaen-Unsa, Snasen-Unsa, Snics-Fsu, Snies-Unsa, Snmsu-Unsa, Snptes-Unsa, Snuasfp-Fsu, Unatos-Fsu, Un-Cgt Crous, (...)  >> Lire la suite...
 décembre 2001
mis à jour dimanche 3 avril 2005

Intermittents du spectacle

Le grand danger

Les intermittents du spectacle bénéficiaient d’un statut particulier, renouvelé chaque année, qui leur permettait de toucher les Assedic pendant les périodes de chômage entre 2 contrats. Depuis 92, leur statut allait ainsi de prorogation en prorogation. La dernière en date a pris fin le 6 juillet 2001, et depuis, plus rien ! Ni renouvellement de prorogation, ni transformation, ni même suppression des clauses spéciales concernant ces personnels. Si bien que légalement, ils n’existent plus ! (...)  >> Lire la suite...
 décembre 2001
mis à jour dimanche 3 avril 2005

17 octobre 1961 un crime d’État

La pire des ratonnades jamais commises en France eut lieu en 1961. Ce soir du 17 octobre, des dizaines de milliers d’Algériens, hommes et femmes, parfois leurs enfants, quittaient leurs bidonvilles de banlieue. Répondant à l’appel du FLN, ils allaient manifester, pacifiquement, dans les rues de la capitale contre le couvre-feu raciste décrété par le gouvernement et mis en œuvre par le préfet de police Papon. La répression fut terrible : la police tire sur les cortèges, matraque à mort, jettent des (...)  >> Lire la suite...
 décembre 2001
mis à jour dimanche 3 avril 2005

Association révolutionnaire des femmes afghanes RAWA

C’est la nation afghane qui devrait se charger de renverser les taliban [...] Si jusqu’ici les USA et leurs alliés ne prêtaient aucune attention au destin de la démocratie en Afghanistan et soutenaient la politique des moudjahidin, de Ben Laden et des taliban, aujourd’hui il aiguisent le poignard de "l’Alliance du Nord". En raison de cette politique, ils ont plongé notre peuple dans une angoisse horrible et dans la crainte de revivre les événements terribles des années de l’"émirat" moudjahidin. Les (...)  >> Lire la suite...
 décembre 2001
mis à jour dimanche 3 avril 2005

Appel pour la liberté d’expression

Mardi 23 octobre à 17 heures, un diffuseur de Cinquième zone a été agressé par des vigiles de la RATP au métro Asnières-Gennevilliers. Plaqué physiquement contre un mur par une demi-douzaine de vigiles, son identité a été contrôlée, son sac fouillé, les vigiles prétendant, contre toute légalité, y saisir un paquet de Cinquième zone. Il lui a été interdit de téléphoner ou de parler aux gens, collègues, élèves, passants qui s’indignaient du comportement des vigiles et de cette atteinte à la liberté d’expression. (...)  >> Lire la suite...